Salle du Train de Pie IX (autrefois Salle des Chaudières n. 2)

L'espace désormais dédié à l'exposition des voitures du train du Pape Pie IX était à l'origine un secteur de la Salle des Chaudières n. 2 de la Centrale thermoélectrique Montemartini.

La Salle des Chaudières 2. L’histoire et la réutilisation
La conception d'une deuxième salle des chaudières, à coté de la première en 1912, débuta en 1921, lorsqu'il devint nécessaire équiper l'usine de production d'un nouveau turbo-alternateur Tosi de 9000 CV et d'une correspondante batterie de chaudières. Le contrat fut confié à la société italienne Ferrobeton et fut achevé en 1924. Le résultat fut un grand milieu, divisé en trois nefs par deux rangées de hauts piliers en béton armé, avec un plan de piétinement sur deux niveaux et dans lequel furent logées trois grandes nouvelles chaudières à vapeur fabriquées par Tosi - Garbe (photos).

Les travaux réalisés en 1950 pour l'agrandissement de la salle des chaudiéres n. 1 concernèrent le revêtement du coté sud de la nef gauche du bâtiment et la modification de la façade, qui prit son aspect actuel. En 1954, concomitamment à la phase de déclin progressif de la Centrale thermoélectrique, toutes les machines de la salle furent mises hors service et vendues, tandis que l'environnement, partiellement remodelé et divisé en deux secteurs par des rideaux de fer, fut réutilisé par l'ACEA, en partie comme laboratoire d'essai pour haute tension et en partie comme menuiserie. En plus du pont roulant, le seul élément industriel survécu au démantèlement des machines de la salle est un réservoir de stockage de naphte pour l’alimentation des chaudières, qui était à l'origine situé sur les chevrons du couloir central, comme on peut voir dans une image de 1924 (photo).

Après l'acquisition des locaux de la Centrale Montemartini par la Surintendance du Capitole, le secteur sud de l'ancienne Salle des chaudières n. 2 a fait l'objet de rénovations complexes, visant à en faire le site d'exposition permanente des voitures du train papal provenantes du Musée de Rome du Palais Braschi.

Train du Pape Pie IX
Giovanni Maria Mastai Ferretti, qui accéda au trône papal le 16 juin 1846 sous le nom de Pie IX, était pleinement conscient du rôle irremplaçable que le réseau ferroviaire aurait dans un avenir immédiat dans le développement économique, social et politique des nations. En 1846, très peu de temps après son élection, il ordonna la construction de quelques lignes de chemins de fer en concession, qui reliaient Rome aux principaux centres de l'État Pontifical.

Le train papal a été réalisé en 1858 à l'initiative des sociétés ferroviaires “Pie Centrale” et “Pie Latine”, qui l'ont commissionné à des entreprises françaises pour en faire don au souverain pontife. Le Pape a voyagé dans les somptueuses voitures pour la première fois le 3 juillet 1859, rejoignant la gare de Cecchina (Albano) à partir de la gare de Porta Maggiore, alors  tête de ligne des lignes ferroviaires pontificales.

Après 1870 et la prise de Rome le train finit stocké à Civitavecchia et ensuite à Rome Termini où il fut spolié de certains de ses ornements. En 1911, finalement reconnu important monument historique et restauré par les Ferrovie dello Stato (Chemins de Fer de l'État), il fut exposé à Castel Sant’Angelo à l'occasion du cinquantenaire du Royaume d’Italie. En 1930, cédé par l'État à la Commune, il fut transféré dans le tout nouveau Musée de Rome, se trouvant d'abord via dei Cerchi et ensuite, à partir de 1951, dans le nouvel emplacement du musée au Palazzo Braschi.